Lancement réussi de Kourou pour le nano satellite Eye Sat

Par Auberi André / Publié le 19 décembre 2019

Le suspense n’aura pas duré trop longtemps. Le nano satellite Eye Sat a décollé le 18 décembre à bord d’une fusée Soyouz, pour le plus grand bonheur des étudiants de l’IUT de Cachan qui ont participé à sa conception et à sa réalisation. 

Mardi 18 décembre, une fusée Soyouz, l’un des lanceurs les plus fiables au monde malgré ses plus de 50 ans a décollé de Kourou pour se placer en orbite à 700 km au-dessus de nos têtes. A son bord, cinq satellites dont le petit Eye Sat, un nano satellite fruit d’une collaboration du CNES avec des étudiants, parmi lesquels des étudiants de l’IUT de Cachan.

Pour revoir le lancement :

Pour le développement du système Eye Sat, le CNES a travaillé avec trois établissements : l’Enac, responsable de la station sol de réception des données, Supaero, en charge du développement et l’IUT de Cachan pour les éléments mécaniques et électroniques de la charge utile.

Eye Sat, un nano satellite étudiant de type « cubesat ». Le cubsate est un satellite de moins de 1,33 kg selon la définition officielle, de 10×10×10 cm ou « 1U ». Eye Sat est un triple cubesat  (ses dimensions sont 34x10x10 cm). Sa mission consiste à étudier la lumière zodiacale une lumière ténue due à la diffusion de la lumière du soleil par les poussières interplanétaires et à imager la Voie Lactée pour améliorer notre connaissance du système solaire. Elle doit durer 1 an et produire plus de 450 Go de données.

EyeSat : un cubesat, des étudiants et la Voie Lactée

Depuis septembre 2012, ce sont plus de 250 étudiants qui se sont relayés pour travailler sur ce projet de Cubesat porté par le programme pédagogique JANUS du CNES (JANUS pour Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites des Universités et des écoles de l’enseignement Supérieur).

Ce programme figure parmi les projets proposés aux étudiants des trois départements de l’IUT de Cachan, (Génie Informatique et Informatique Industrielle 1 et 2 et Génie Mécanique et Productique) qui a justement fait le choix d’une pédagogie innovante en intégrant l’apprentissage par projets dans ses cursus de formation.

Dernière modification le 19 décembre 2019